Go to Hackademy website

Introduction à Elm

Vincent Billey

Posté par dans la catégorie front

Elm est un nouveau langage développé pour fournir un langage fonctionnel statiquement typé pour le frontend.

Il a été créé par Evan Czaplicki dans le cadre d’un mémoire sur la programmation fonctionnelle réactive en 2012 et est en train de devenir une option sérieuse pour le développement d’application frontend.

L’un des buts du langage est d’appréhender les concepts de la programmation fonctionnelle de manière pragmatique et agréable.

Il n’est pas nécessaire de comprendre le schéma général pour être au point et utiliser ce genre de choses. […] Il n’est pas nécessaire de comprendre la théorie dès le premier jour. Quand on veut connaitre la théorie derrière l’addition, la multiplication, la rotation 3D dans l’espace autour d’un axe, on appelle ça un groupe. C’est ce que c’est. Mais il n’est pas nécessaire d’en parler dès le départ.
Evan Czaplicki - Let’s be Mainstream

L’autre est de réaliser du code qui ne subira pas d’erreur au runtime, facilement refactorable et plus facile à maintenir pour de grosses applications.

Installation

L’installation est très simple : vous pouvez l’installer par npm : npm install -g elm, par un installeur pour Window ou Mac, ou avec docker (attention cependant, avec docker, les commandes perdent leur tiret : elm-make devient elm make … etc).

Cette installation vous fournira 4 commandes : elm-make (le compilateur), elm-package (le gestionnaire de paquets), elm-reactor (qui permet de tester rapidement) et elm-repl (l’interpréteur).

Bases et syntaxe

Commençons par les bases syntaxiques du langage. Elm est un langage typé mais ne va pas vous demander d’écrire les types à la manière de Java. Elm va réaliser de l’inférence de type, c’est à dire que le compilateur va tenter de deviner le typage de vos fonctions. Par exemple, s’il y a une addition dans votre fonction alors les deux termes qui entoure le + auront un type numérique. L’immutabilité est présente par défaut sur la plupart des structures de données, ce qui signifie qu’une fois qu’une expression a été assignée à une variable, celle ci ne peut plus être modifiée. Une modification renverra toujours une copie et laissera la variable initiale inchangée.

Les opérations classiques sont assez similaires et permettent de constater la manière de typer de Elm par défaut. Pour tester tout ça, je vais utiliser l’interpréteur de Elm qui se lance avec la commande elm-repl. Les lignes commençant par un > sont celles que l’on tape à l’écran, les autres étant la réponse de l’interpréteur. On peut également faire un passage à la ligne en finissant sa ligne par \. Commençons par les nombres :

Nombres

> 1 + 1
2 : number

> 3 * 4
12 : number

> 10 / 3
3.3333333333333335 : Float

> 10 // 3
3 : Int

Comme vous pouvez le constater, il y a 3 types : number, Float et Int. Dans le doute, Elm va typer avec number qui est une sorte de surtype (pour être précis une pseudo typeclass) qui peut être à la fois Int et Float. L’opérateur de division est / et renverra un Float. L’opérateur // renvoie le quotient de la division (la fonction rem permet d’obtenir le reste).

Strings

> "hello" ++ " world"
"hello world" : String

L’opérateur pour la concaténation de chaines de caractère n’est pas + comme en JavaScript mais ++. La raison est fonctionnelle : (+) est une fonction en elle même et pas uniquement du sucre syntaxique. Profitons en pour voir ce que nous répond Elm si on tenter d’utiliser + directement.

> "hello" + " world"
-- TYPE MISMATCH --------------------------------------------- repl-temp-000.elm

The left argument of (+) is causing a type mismatch.

4|   "hello" + " world"
     ^^^^^^^
(+) is expecting the left argument to be a:

    number

But the left argument is:

    String

Hint: To append strings in Elm, you need to use the (++) operator, not (+).
<http://package.elm-lang.org/packages/elm-lang/core/latest/Basics#++>

Elm nous répond donc bien que la fonction (+) attends des arguments du type number et pas du type String. Et l’une des forces du compilateur de Elm vient de ses messages d’erreurs : en plus de nous dire clairement où il y a un problème, le compilateur fera toujours de son mieux pour nous proposer une modification ou un lien pour bien comprendre comment corriger l’erreur.

Booléens

Cette partie va être assez rapide, il existe True et False et aucune valeur nulle n’est possible, ni aucune valeur “truthy” ou “falsy” tel qu’il peut y en avoir en JavaScript. On utilise == pour la comparaison, /= pour la différence, &&, || not et xor pour les opérations logiques.

> not True
False : Bool

> False && True
False : Bool

> xor True False
True : Bool

> True `xor` False
True : Bool

Une petite parenthèse cependant, xor est une fonction classique et non un opérateur, la première utilisation est donc la façon normale de l’utiliser xor True False. Elm permet dans le cas de fonctions à deux paramètres d’utiliser cette fonction en tant qu’opérateur en utilisant des backticks, c’est pourquoi True `xor` False fonctionne correctement. C’est valable pour toute fonction qui ont deux arguments.

Fonctions

En parlant de fonctions, en Elm, la définition d’une fonction est réduite au maximum : tout est fonction et il n’y a donc pas besoin de mot clé, pas de parenthèses, pas de virgule. Le nom de la fonction et ses arguments sont à gauche du signe =, le corps de la fonction à droite. Il n’y a pas non plus de return car une fonction en Elm renvoie toujours quelque chose. Cette fonction en JavaScript

const add = function(a, b) {
  return a + b;
}

devient donc en Elm

add a b = a + b

Intéressons nous au typage de cette fonction d’après elm-repl : <function> : number -> number -> number. C’est une notation assez étrange de prime abord mais voici le fonctionnement : le dernier paramètre est le type de retour de la fonction, les types précédents sont les arguments dans l’ordre. Notez qu’Elm a détecté tout seul le typage grâce à la définition de la fonction. On utilise la fonction (+) donc notre fonction renvoie un number et ne peut accepter que des number également.

Cependant, pourquoi n’est ce pas présenté par quelque chose de ce type number, number -> number ? Les arguments à gauche et le retour de la fonction à droite. Eh bien parce que les fonctions en Elm sont capables d’accepter un nombre incomplet de paramètres, elle renverront toujours une fonction qui attend les paramètres restants. C’est le principe du currying. Autrement dit, je peux appeler add avec un seul paramètre et avoir une nouvelle fonction qui va toujours additionner le même nombre.

> add3 = add 3
<function> : number -> number

> add3 6
9 : number

add3 est ici une nouvelle fonction dont le type n’est plus que number -> number. C’est pourquoi le type de add, avec des parenthèses ajoutées pour bien comprendre pourrait être number -> (number -> number), c’est à dire une fonction qui a pour paramètre un nombre qui renvoie une fonction qui a pour paramètre un nombre et qui renvoie un nombre.

Pour illustrer l’intérêt, essayons un exemple pratique. La fonction clamp permet de borner un nombre entre les deux premières valeurs. Si l’on veut permettre à un personnage de ne se déplacer qu’entre les pixels 100 et 200 :

> clamp 100 200 50
100 : number

> clamp 100 200 500
200 : number

> clamp 100 200 146
146 : number

Or, répéter à chaque fois les deux premiers paramètre est un peu rébarbatif et peu agréable à modifier. La méthode classique consisterait à définir deux constantes et les utiliser dans chaque appel de fonction mais si on voulait changer la façon de gérer les bornes, il faudrait remplacer tous les appels de fonctions. Tandis qu’avec du currying, on peut créer notre propre fonction getContainedPosition que l’on peut réutiliser à loisir.

> getContainedPosition = clamp 100 200
<function> : number -> number

> getContainedPosition 50
100 : number

> getContainedPosition 500
200 : number

> getContainedPosition 146
146 : number

De cette façon, on peut indiquer l’intention qu’à cette fonction (ici obtenir une position) tout en ayant fixé les valeurs sans avoir besoin de constantes. L’avantage étant qu’on pourrait parfaitement réécrire la façon de gérer cette fonction sans avoir besoin de modifier le programme ailleurs. Un autre exemple tiré d’une présentation de Elm de Richard Feldman est la fonction pluralize.

> pluralize singular plural count = if count == 1 then singular else plural
<function> : a -> a -> number -> a

> pluralize "shelf" "shelves" 1
"shelf" : String

> pluralize "shelf" "shelves" 5
"shelves" : String

> pluralizeShelves = pluralize "shelf" "shelves"
<function> : number -> String

> pluralizeBooks = pluralize "book" "books"
<function> : number -> String

À partir d’une fonction générique, on peut définir très rapidement des fonctions spécifiques qui reposent sur la même base et qui n’attendent plus qu’un dernier argument pour être évaluées comme on le souhaite. Notez que la première définition de pluralize est a -> a -> number -> a, a représente n’importe quel type mais dans la définition d’une fonction, il doit rester le même. On peut utiliser cette fonction avec autre chose que des strings mais on doit être cohérent. Par exemple :

> pluralize 1 2 5
2 : number

> pluralize 1 "beaucoup" 5
-- TYPE MISMATCH --------------------------------------------- repl-temp-000.elm

The 2nd argument to function `pluralize` is causing a mismatch.

3|   pluralize 1 "beaucoup" 5
                 ^^^^^^^^^^
Function `pluralize` is expecting the 2nd argument to be:

    number

But it is:

    String

Hint: I always figure out the type of arguments from left to right. If an
argument is acceptable when I check it, I assume it is "correct" in subsequent
checks. So the problem may actually be in how previous arguments interact with
the 2nd.

Dès lors qu’on donne un type explicite au type a, Elm s’attend à ce que les autres instances de ce type soit identique, d’où le fait qu’il s’attend à ce que mon deuxième argument soit numberdans cet exemple.

Pour finir sur les fonctions, il est possible de définir une fonction anonyme en modifiant deux choses à la syntaxe : une fonction anonyme commence par un \ et le = est remplacé par ->. On peut utiliser une fonction anonyme directement dans une expression (si on veut réaliser un filtre simple par exemple) ou l’assigner à une variable. La fonction add montrée plus haut pourrait donc s’écrire :

> add = \a b -> a + b
<function> : number -> number -> number

Listes

> numbers = [ 1 , 2 , 3 , 4 , 5 ]
[1,2,3,4,5] : List number

> words = [ "hello", "world" ]
["hello","world"] : List String

La syntaxe est la même qu’en JavaScript pour créer un Array mais Elm étant typé, une liste ne peut contenir que des valeurs similaires. Contrairement à JavaScript, une liste n’a aucune méthode directement, on utilise les fonctions de List pour réaliser des opérations. Autre chose à prendre en compte, une liste en Elm est une linked list, la nuance principale est qu’il n’est pas possible d’obtenir une valeur à un index donné avec une List comme c’est possible avec un Array. Le type Array existe cependant en Elm et la fonction Array.fromList permet d’effectuer la conversion si c’est nécessaire.

En pratique cependant, il existe des fonctions pour s’en passer très bien. On retrouve les fonctions existantes en JavaScript et d’autres langages : map, filter et reduce sous la forme de List.map, List.filter et List.foldl.

> numbers = [ 1 , 2 , 3 , 4 , 5 ]
[1,2,3,4,5] : List number

> List.filter (\n -> n % 2 == 0) numbers
[2,4] : List Int

> List.map (\n -> n + 2) numbers
[3,4,5,6,7] : List number

> List.foldl (+) 0 numbers
15 : number

> List.sum numbers
15 : number

Les listes en Elm sont également immutable, ce qui signifie qu’il n’y a pas de fonction push. Pour augmenter la taille d’une liste, on peut utiliser List.append qui ajoute une liste à une autre ou l’opérateur (::) qui ajoute un élément au début d’une liste.

> 0 :: numbers
[0,1,2,3,4,5] : List number

> List.append numbers [ 6 ]
[1,2,3,4,5,6] : List number

Records

Un record correspond à un objet en JavaScript et s’écrit presque de la même façon, la seule différence étant le = à la place du : pour définir les valeurs.

> czaplic = { name = "Evan", company = "noredink" }
{ name = "Evant", company = "noredink" } : { company : String, name : String }

> czaplic.name
"Evan" : String

> .name czaplic
"Evan" : String

Les deux manières d’accéder à un champ sont présentées ci dessus : on peut soit y accéder comme en JavaScript en le suivant d’un . et du nom de la clé, soit en utilisant un sucre syntaxique en inversant les deux et en utilisant une fonction qui commence par un . et qui est suivi du nom de la clé. Cette façon de faire peut s’avérer utile dans le cas d’un map par exemple.

> List.map .name [czaplic, czaplic, czaplic]
["Evan","Evan","Evan"] : List String

Un record est immutable, il ne sera donc pas possible de modifier directement ses valeurs, mais on peut utiliser la syntaxe d’update de record pour obtenir un nouveau record avec les modifications.

> { czaplic | name = "Bob" }
{ name = "Bob", company = "noredink" } : { company : String, name : String }

> czaplic
{ name = "Evan", company = "noredink" } : { company : String, name : String }

Cette syntaxe est donc du type { RECORD | key = value, key2 = value2, ... }, l’ordre n’a pas d’importance après le |. Attention, un record est une structure typée, on ne peut pas ajouter des clés à volonté sans redéfinir un autre record complètement.

> { czaplic | name = "Bob", age = 26 }
-- TYPE MISMATCH --------------------------------------------- repl-temp-000.elm

`czaplic` is being used in an unexpected way.

4|   { czaplic | name = "Bob", age = 26 }
       ^^^^^^^
Based on its definition, `czaplic` has this type:

    { ..., company : ... }

But you are trying to use it as:

    { c | ..., age : ... }

Tuples

Un tuple est une façon plus concise d’écrire un record sans nommer tous les paramètres. Chaque paramètre peut avoir n’importe quel type et on peut donc le voir comme une syntaxe entre le record et la liste.

> ( "ok", 1 )
("ok",1) : ( String, number )

> ( "nok", 0 )
("nok",0) : ( String, number )

> fst ( "ok", 1 )
"ok" : String

> snd ( "ok", 1 )
1 : number

Une utilisation commune est d’envoyer un état et une valeur associée comme je l’ai montré dans cet exemple. Les fonctions fst et snd ne fonctionnent que sur des tuples de longueur 2 mais un tuple peut avoir une taille indéfinie. Cependant, c’est une bonne pratique d’utiliser des records pour les tuples de plus de 2 ou 3 valeurs pour améliorer la clarté.

Maybe

Maintenant que nous avons vu les équivalences avec un langage tel que JavaScript, allons un petit peu plus loin avec une structure plus étrange : la Maybe. L’un des choix de Elm est d’interdire null (ou nil ou undefined…), ce qui veut dire que quand on attend un Int dans une fonction, on aura un Int et pas soit un entier soit une valeur nulle (0 étant bien entier).

Pour palier ce problème, une des réponses a été la structure Maybe qui est une union de type, c’est à un dire une valeur qui peut être soit du type Nothing, soit du type Just a. On pourrait penser que la nuance entre ça et une bête valeur nulle est minime mais le fait d’avoir des types explicites pour ça a plusieurs conséquences. La première est qu’on peut combiner ces structures pour faire quelque chose de pratique (je vais donner des exemples), la seconde est qu’on peut savoir à la compilation si des cas où une donnée pourrait être nulle ont été oublié ou pas. Le compilateur nous force à gérer les cas d’erreur, contrairement à JavaScript (ou d’autres langages) où on aura tendance à négliger les erreurs possibles.

Par exemple, la fonction List.head renvoie une Maybe car son utilisation sur une liste vide pourrait provoquer une erreur. Regardons ce qu’on peut en faire.

> List.head [ 1, 2 ]
Just 1 : Maybe.Maybe number

> List.head []
Nothing : Maybe.Maybe a

> Maybe.map sqrt (List.head [ 2 ])
Just 1.4142135623730951 : Maybe.Maybe Float

Les deux premiers exemples montrent comment fonctionne List.head avec une liste vide et une qui contient des nombres. Ensuite, on voit comment utiliser Maybe.map : cette fonction permet d’utiliser une fonction classique sur une Maybe, ce qui permet donc de créer des fonctions classiques mais de les utiliser avec des valeurs potentielles.

> toValidMonth month = \
|   if month >= 1 && month <= 12 then \
|     Just month \
|   else \
|     Nothing
<function> : number -> Maybe.Maybe number'

> List.head [12] `Maybe.andThen` toValidMonth
Just 12 : Maybe.Maybe number

> List.head [18] `Maybe.andThen` toValidMonth
Nothing : Maybe.Maybe number

> List.head [] `Maybe.andThen` toValidMonth
Nothing : Maybe.Maybe number

Ici, on part d’une fonction qui va prendre un Int en entrée et renvoyer une Maybe Int en sortie selon si le nombre est compris entre 1 et 12. On peut ensuite utiliser Maybe.andThen avec des backticks pour améliorer la lecture et chainer le résultat de List.head à notre fonction. Le type de andThen est le suivant : Maybe a -> (a -> Maybe b) -> Maybe b. En français, on lui passe une Maybe de type a, une fonction qui prend un a et renvoie une Maybe de type b (dans notre cas, a et b sont identiques) et renvoie donc une Maybe de type b.

The Elm Architecture

Maintenant que nous avons vu tout ça et une fois que ce sera digéré, nous pouvons nous attaquer au prochain morceau de Elm : son architecture ! En effet, Elm a été pensé strictement pour réaliser des programmes en frontend. Et pour ça, Elm propose (sans imposer mais presque) une façon de faire claire et arrêtée dans ses opinions.

Il y a 3 composants de base dans l’architecture que propose Elm : un modèle qui contient l’état de l’application, une vue qui représente l’application en fonction de son état et une fonction d’update qui va réaliser des changements de l’état de l’application en fonction de message qui peuvent venir de l’utilisateur, d’une api ou d’un serveur. Prenons l’exemple basique d’un compteur composé de deux boutons et d’une valeur. Le lien précédent vous emmène vers une zone de test fournie par le site de Elm qui permet d’avoir d’un coté le code, de l’autre le rendu directement. Épluchons le code petit à petit.

import Html exposing (div, button, text)
import Html.App exposing (beginnerProgram)
import Html.Events exposing (onClick)


main =
  beginnerProgram { model = 0, view = view, update = update }

On voit ici la façon d’importer des modules de Elm, exposing permet de choisir ce qu’on veut importer dans ce que propose le module. Si on voulait toutes les fonctions fournies par Html, on pourrait écrire import Html exposing (..). Un programme en Elm utilise la fonction main comme point d’entrée et on voit ici que Elm fournit une fonction pour faciliter la chose au travers de begginerProgram qui attend un Record qui contient un model, une vue et une fonction d’update.

view model =
  div []
    [ button [ onClick Decrement ] [ text "-" ]
    , div [] [ text (toString model) ]
    , button [ onClick Increment ] [ text "+" ]
    ]

On enchaine avec la vue. C’est ce qui donnera notre html au final. C’est une représentation de ce à quoi on veut que notre rendu final ressemble. On n’écrit pas directement du html mais bien une abstraction au dessus. Chaque élément html a une fonction associée (ici div et button) et fonctionne de la même manière : chaque fonction attend une liste d’attributs et une liste d’enfants. Il faut représenter les nœuds de texte et ne pas oublier de convertir les valeurs du modèle en string si besoin (ici à l’aide de toString). L’attribut onClick est un peu particulier car il va permettre d’envoyer un message à la fonction d’update. On utilise un type qui est la ligne suivante du programme.

type Msg = Increment | Decrement

On définit un nouveau type à l’aide d’une union de types. Increment et Decrement sont des valeurs arbitraires (une sorte de symbole) qui sert ensuite à faire du pattern matching dans la fonction d’update.

update msg model =
  case msg of
    Increment ->
      model + 1

    Decrement ->
      model - 1

On voit alors une nouvelle syntaxe ici case msg of. C’est une sorte de switch dopé. msg est la valeur envoyée par onClick plus haut, et msg est de type Msg et un case of force à gérer tous les cas possible. Par exemple, si on modifie Msg de cette façon et que l’on essaie de compiler :

type Msg = Increment | Decrement | Reset

On obtient l’erreur

Detected errors in 1 module.
==================================== ERRORS ====================================



-- MISSING PATTERNS ------------------------------------------------------------

This `case` does not have branches for all possibilities.

23|>  case msg of
24|>    Increment ->
25|>      model + 1
26|>
27|>    Decrement ->
28|>      model - 1

You need to account for the following values:

    Temp1469624573986753.Reset

Add a branch to cover this pattern!

If you are seeing this error for the first time, check out these hints:
<https://github.com/elm-lang/elm-compiler/blob/0.17.0/hints/missing-patterns.md>
The recommendations about wildcard patterns and `Debug.crash` are important!

C’est une partie importante de l’architecture, on définit un type qui contient tous les messages (les évènements) que l’application peut recevoir et ensuite on doit gérer chacun de ces cas. Il n’est pas permis d’ignorer un cas (ou tout du moins, on doit le faire volontairement et explicitement). Si on veut ne plus avoir l’erreur précédente, on doit ajouter le cas du Reset.

update msg model =
  case msg of
    Increment ->
      model + 1

    Decrement ->
      model - 1

    Reset ->
      0

Et à modifier la vue pour avoir un bouton qui permet d’effectuer le reset

view model =
  div []
    [ button [ onClick Decrement ] [ text "-" ]
    , div [] [ text (toString model) ]
    , button [ onClick Increment ] [ text "+" ]
    , button [ onClick Reset ] [ text "reset" ]
    ]

Voilà, ça sera tout pour cette fois. Je vous invite à tester un peu les différents exemples disponibles pour vous faire une idée des possibilités et à tenter des modifications pour voir ce que vous répond le compilateur. Pour plus d’informations, voici des sources à jour.

Sources

Le site officiel de Elm

LE guide

Building a live validated signup form in Elm (noredink)

Some thoughts on Elm development

L’équipe Synbioz.

Libres d’être ensemble.

Articles connexes

Elm Europe 2017

22/06/2017

Nous sommes de plus en plus nombreux à découvrir de nouvelles technologies et de nombreux langages de programmation. Chez Synbioz, nous tentons quotidiennement d’explorer cette Voie Lactée numérique qui ne connait plus de frontières. Et parfois, no…

Afficher plus Afficher moins

Commentaires (4) Flux RSS des commentaires

  • 30/07/2016 à 11:00

    Jules Ivanic

    Statically typed functional programming <3

    Merci Vincent pour ce post. En espérant qu'il permette de faire avancer la communauté front dans le bon sens.

    :)

  • 04/08/2016 à 10:51

    Mouhamadou DER

    Salut et merci pour cette article, realy awesome elm :) Une petite rectification, dans le paragraphe "Bases et syntaxe" la commande est "elm-repl" au lieu de "eml-repl".

  • 04/08/2016 à 12:24

    Vincent Billey

    Merci Mouhamadou, c'est corrigé :).

  • 28/09/2016 à 09:42

    ArkeUp Paris

    Bonjour,
    C'est grâce à ce blog que je découvre ce nouveau langage. J'ai effectué des recherches et il n'y a que des bons points pour ELM. A suivre de près et surtout à expérimenter.
    Merci infiniment pour le partage.

Ajouter un commentaire